La Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre amateur et d’Animation (FNCTA) et la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs (MPAA) vous convient cette année à une singulière rencontre avec Natacha Astuto.

Le samedi 11 janvier à 16h
à la MPAA Saint-Germain – 75006 Paris.

> entrée libre | réservation recommandée
01 46 34 68 58 | réservation en ligne

1ère partie – 16h | Echanges avec Natacha Astuto.

Présentation de son oeuvre et de son travail, à travers des extraits de ses pièces lues par 18 comédiens amateurs d’Ile-de-France.
Ces lectures seront entrecoupées par une interview de l’autrice.

Cette première partie est orchestrée par l’Union Régionale d’Ile-de-France sous la baguette de Suzy Dupont.

2ème partie – 19h30

Le Dernier train
par Le Théâtre de la Roële – Villers-lès-Nancy (54)

Incarcérés à vie, Jacky et Robert partagent la même cellule depuis près de vingt ans. Arrivant tous deux à l’âge où normalement on a abouti à quelque chose, leur existence a fini par devenir une routine bien huilée mais vide de sens. Marianne, leur gardienne depuis le début de leur incarcération, est la seule femme dans cet univers exclusivement masculin. A eux trois, ils se sont construit une sorte de relation familiale qu’aucun d’eux n’aurait eue. Les semaines s’écoulent doucement, sans grand sens, mais sans grande perturbation. Jusqu’à un certain jour de violente tempête où ils reçoivent l’étrange visite d’une femme…

En savoir plus sur …

Natacha Astuto aime le café, le rose, les talons de 12, les baskets Nike, le Krav Maga, les séries-télés qui finissent mal et les grandes villes américaines, là où chaque rue est une tranche de vie. Ingénieure en mécanique et diplômée d’un master en économie, elle tient des rôles dans une quinzaine de pièces au sein de troupes suisses, avec qui elle tourne entre autres en France, en Belgique, en Italie, au Maroc et au Québec. Elle incarne notamment le personnage titre dans Moi, Ota, rivière d’Hiroshima de Jean-Paul Alègre, la pièce créée en exclusivité par la Compagnie TA58 depuis 2015, interprétation qui lui vaut une excellente critique de Gilles Costaz dans la revue de l’Avant-Scène en janvier 2017.
Depuis 2005, Natacha réalise un de ses rêves de toujours: écrire ses propres pièces. Ecrire encore et encore les drames de la vie, ne pas épargner ses personnages, les faire aimer, rire et pleurer. Un Hôpital pour six francs prend alors vie, suivi de Big Boss en 2006, puis l’Appartement en 2008 (Editions Cahiers SSA 2008), Dans une Autre vie en 2009 (Editions les Mandarines 2017) et Le Dernier train en 2012 (Editions les Mandarines 2014).
En 2013, Le Dernier train est finaliste du concours Writemovies #31 à Los Angeles et Big Boss gagne un publication dans le cadre du concours d’écriture dramatique organisé par l’association Tulalu!?.
2014 est l’année où l’auteure voit Le Dernier train doublement primé au Festival de Cahors en France – la Compagnie TA58 remporte à la fois le Grand Prix du Jury et le Prix du Jury Jeune – et édité aux Editions les Mandarines. C’est également l’année où la version américaine, The Last Train, est créée à Los Angeles dans le cadre du Hollywood Fringe Festival.
Natacha termine sa pièce Une Nuit en 2015 – qui est créée en 2019 au Luxembourg – alors que son scenario du long-métrage The Last Train atteint la demi-finale du concours hollywoodien Stage 32 The Happy Writers et sa pièce Dans une Autre vie termine finaliste du concours d’écriture de scénarios Writemovies #38 à Los Angeles. 
En 2016 naissent Issue de secours, en cours de publication chez Lansman Editeur, qui se place finaliste du concours Writemovies Spring 2017 et remporte le Prix du Public au Festival des Escholiers 2019 dans sa création par la Compagnie TA58., ainsi que Arizona (Lansman Editeur 2018), qui est elle portée à la scène par la Compagnie TA58 en avril 2019.
Début 2018, Natacha Astuto livre la pièce Angelina à la compagnie les Disparates qui la monte en octobre 2019. En mai 2019, elle livre sa pièce Cinquième Etage à La Troupalex.
L’auteure travaille actuellement à l’écriture de Frères d’armes et à l’épisode II d’Arizona.